Luciana Petrelli, production photographique hors axe

//Luciana Petrelli, production photographique hors axe

Luciana Petrelli, production photographique hors axe

2018-01-08T19:13:59+00:00By |Categories: Profils|

Luciana Petrelli est une photographe brésilienne, originaire de Curitiba, qui a choisi de vivre à Florianópolis.

Sa relation avec la photographie a commencée à Paris, et c’est ici à Paris, en novembre, plusieurs années après sa première exposition au Bar do Arnaldo à Rio de Janeiro, que Luciana nous a parlé de Culture, la Biennale de Curitiba, et de l’importance de favoriser les rencontres et les échanges entre les différents pôles culturels du Brésil.

 « Vivre sur une île fait toute la différence dans la réflexion et dans notre relation avec le monde, cela nous fait comprendre la valeur des ponts. »

 Les ponts sont le symbole du flux, de l’association, des possibilités d’expansion au-delà des limites de l’isolement.
 Luciana Petrelli a longtemps construit des ponts culturels, non seulement en tant que photographe, mais aussi en tant que source de production photographique.

En 1984, elle participe au  premier Collectif de photographes latino-américains à l’île de Cuba pendant le Colloque latino-américain de la photographie.

De 1997 à 2004, elle conçoit et produit avec Flavia Fernandes le Festival des arts plastiques contemporains de Governador Celso Ramos, créant des ateliers de photographie et d’arts visuels pour la communauté locale.

En 2015, elle crée avec 11 photographes le  Circuito Galeria avec l’intention de promouvoir les débats et les expositions qui  génère trois événements collectifs entre 2015 et 2016 : l’île que nous vivons, d’autres îles, l’île de chacun.

Luciana Petrelli

Le thème de l’île est récurrent dans son travail. Sa série choisie pour la dernière Biennale de Curitiba – Polo Santa Catarina, parle précisément de ces « Îles des Forces » qui résident dans le féminin.
 Souvenirs d’une époque ancrée dans les rencontres, la famille, les aventures. La nourriture, la sécurité et la vitalité sont aujourd’hui l’expression de la force primaire valorisée dans son travail.
La Biennale de Curitiba est l’une des nombreuses initiatives culturelles réussies au large de l’axe de la rivière São Paulo.

La plus grande biennale de photographie en Amérique latine.

«Nous voyons aujourd’hui la consolidation et le développement de nouveaux espaces pour la photographie brésilienne.
 Nous avons le MON à Curitiba, Inhotim à Minas, le musée de la photographie de Fortaleza, et maintenant le nouveau IMS à São Paulo.

Tout cela nous donne l’opportunité d’élargir l’accès à la culture photographique aux quatre coins du Brésil. « 
 La culture est l’expression maximale des désirs, des frustrations, de l’analyse, la vraie production artistique vient du fond de l’âme, ne peut être  contenue, ni contrôlée.

C’est une belle réponse à ce qui existe d’oppresseur et de castrateur, d’où qu’il vienne, partout.
 Luciana a une vision positive de la situation économique et politique du pays, car elle voit le moment comme une grande opportunité de reformer une production photographique engagée et transformatrice. Il reste à savoir comment continuer à créer des ponts pour que la force de la pensée se répande.